La femme de hasard / Jonathan COE

Roman-constat sombre et, paradoxalement, drôle du comportement humain, de la vie sociétale dans l’Angleterre contemporaine.

Ecrit sur un rythme effréné, lu tout aussi vite, ce 1er roman passionnant fut un coup de maître confirmé par la suite. En effet, Jonathan Coe remportera le Prix Fémina 1995 pour «Testament à l’anglaise» et le Prix Médicis Etranger en 1998 pour «La maison du sommeil».

«Qu’est-ce qu’il a dit à propos d’hier soir ?»

Maria écoutait.

«Eh bien, il a dit qu’il trouvait que ton comportement exigeait une explication.

-Ah bon ? Et en quoi ?

-Il trouvait que tu avais laissé entendre qu’il avait donné l’impression d’avoir pensé que tu étais désagréable.

– Il a dit que j’avais été désagréable ?

– Eh bien, il a laissé entendre que tu avais été implicitement désagréable.

– Et comment j’aurais pu être implicitement désagréable, alors que par définition si j’avais essayé d’être plus explicite cela aurait pu être blessant ? Est-ce qu’il voulait dire que si j’avais dit ce qu’il voulait me faire dire, au lieu que ça reste non-dit, il n’aurait pas su quoi dire ? C’est ça qu’il a dit ?

– Eh bien, c’est ce qu’il insinuait.»

Jonathan Coe est né à Birmingham en 1961. «La femme de hasard» a été édité en anglais en 1987 , sous le titre «The accidental women», et traduit en français en 2007.

Impression de Christian Vanderstraeten.

Ce titre est-il disponible à la bibliothèque ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :