Le quatrième mur de Sorj CHALANDON

 

1982. Georges, jeune idéaliste soixante-huitard, promet à son ami Samuel, juif d’origine grecque assoiffé de liberté à l’article de la mort, de monter l’Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth avec des comédiens issus des différentes communautés établies au Liban.
Un magnifique rêve utopique qui débouchera sur une guerre impitoyable, notamment à Sabra et Chatila
Un livre bouleversant d’humanité et de cruauté.
Impression de Christian Vds.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :