Le club des miracles relatifs de Nancy HUSTON.

Roman très ardu à lire, à la fois en ce qui concerne la forme et le fond.

Le personnage principal du livre, Varian, est à mon sens un être à tendances autistiques mais doté de facultés supérieures qui lui permettent d’acquérir un diplôme d’infirmier et de s’insérer dans le monde du travail dans un « centre de maintenance respiratoire » sur un site d’exploitation pétrolière.

En ce qui concerne la forme, le roman comporte 7 chapitres divisés chacun en 4 parties qui relatent l’incarcération de Varian, son évolution depuis la naissance jusqu’à l’âge adulte, ses contacts avec des femmes qui vivent sur les lieux de l’exploitation et ses relations avec des militants écologiques.

Le langage utilisé par le héros du livre est très particulier : il s’agit d’un flux haletant très symbolique.

Je recommande la lecture de ce roman captivant mais qui se mérite et qui dénonce les nombreuses dérives de la société de consommation.

IMPRESSION DE Marie-Rose Vanhorick.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :