Et l’eau devint sang de Ruth Rendell.

Il y a quelques années que je n’avais plus lu un roman de Ruth Rendell . Je gardais en mémoire l’analyse approfondie des ressorts psychologiques de ses personnages : elle y excellait.

Je ne suis cependant pas « entrée » dans « Et l’eau devint sang. », roman dans lequel deux sœurs, Ismay et Heather vivent dans la même maison que leur mère et leur tante qui occupent le deuxième appartement.

Dès le départ, le lecteur sait qu’ Ismay soupçonne sa sœur, âgée au moment des faits de 14 ans, d’avoir noyé son beau-père dans la baignoire.

Jusqu’à la moitié du roman, « l’intrigue » n’évolue pas ou peu et les tribulations sentimentales des unes et des autres n’ont pas capté mon intérêt.

IMPRESSION DE Marie-Rose Vanhorick.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :