Une femme que j’aimais de Armel Job

Chaque week-end, Claude, jeune homme solitaire, rend visite à sa tante Adrienne qui habite une belle villa à la campagne. Adrienne a cinquante-cinq ans, elle est veuve et sort peu. La douceur et la beauté d’Adrienne fascinent Claude come tous les hommes qui ont un jour croisé son regard.

Adrienne aimerait confier un secret à son neveu mais il refuse de l’entendre. Quelques semaines plus tard, Claude la trouve morte.

Claude se lance dans une enquête qui nous fait revivre la mentalité de province des années 50 et qui le mène a découvrir le passé de sa tante.

Magnifique portrait d’une femme tourmentée, prisonnière d’un choix qui n’était pas le sien et qui a pleuré toute sa vie un amour fauché en pleine jeunesse.

IMPRESSION DE Chantal Denis

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :