Chanson de la ville silencieuse d’ Olivier ADAM

Plusieurs critiques peu enthousiastes pour ce livre qui m’a profondément touchée sans doute parce que je ne me suis pas focalisée sur ce père hissé au hit-parade de la chanson et vivant difficilement les retombées du succès, mais sur la narratrice, traversant la vie comme une usurpatrice, ignorée de sa mère, de ce père égocentrique, de tous ceux qui ne sont attirés que par la gloire.
Des accents d’une sensibilité exceptionnelle pour évoquer cette quête vaine d’une simple reconnaissance de la part d’une enfant, puis d’une femme sans racines, ballotée de la solitude de la campagne à la découverte de Paris, à Lisbonne, toujours sur les traces évanescentes de ce père dont elle ne croit pas au suicide.
Un roman sensible, évocateur des années hippies, des quêtes d’authenticité d’artistes tiraillés entre le désir de gloire et la conscience de la vanité éphémère du succès, une écriture poétique… un bonheur!
Impression de Danielle De Neve

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :