Fondu au noir de E. Brubaker

Dans les années 50, à Hollywood, le cinéma devient l’industrie que l’on connait aujourd’hui, avec des producteurs tout-puissants qui font et défont les carrières des artistes (acteurs/trices, scénaristes, etc.) au gré de leurs envies.

Lors d’un tournage, Charlie, scénariste, se réveille un matin dans une bien étrange posture… et la mort suspecte de l’actrice principale du film n’y est pas pour rien. Mais dans un climat de suspicion où la chasse aux sorcières (le Gouvernement américain chasse alors les citoyens considérés trop « à gauche » politiquement et les empêche de travailler) fait rage, Charlie ne sait pas à qui se confier.

Un thriller sombre, avec un beau dessin directement inspiré des affiches de cinéma de l’époque. Un seul bémol : il faut se familiariser avec les personnages, un peu nombreux…

IMPRESSION DE G. Wallon

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :