Archives de l’Auteur comiteadultesanderlecht

L’autre reflet de Patrick SENECAL

J’avais lu précédemment « Le vide » du même auteur et ai lu un deuxième roman pour mieux cerner la production de cet auteur. Il relate l’histoire d’un écrivain qui s’attelle à l’écriture d’un roman noir et qui est en mal d’inspiration. Par ailleurs, il donne des cours de français dans un centre pénitentiaire pour femmes au Québec et va s’inspirer de crimes commis par une détenue pour pimenter son livre et le présenter à son éditeur. Le roman publié remporte un immense succès. L’histoire reste plausible jusque là mais Patrick Sénécal dérape par la suite dans une intrigue outrancière prévisible.

IMPRESSION DE Marie-Rose Vanhorick

Publicités

La fiancée américaine d’ Eric DUPONT

Ecrivain québécois, Eric Dupont a reçu le prix des libraires du Québec.

Enfant, il avait deux passions : la lecture et une collection de timbres. Dans une interview, il dit voyager dans sa collection de timbres par le biais de son roman qui effectivement se situe sur les rives du fleuve Saint-Laurent mais aussi à Berlin, Rome et New York.

Cette saga familiale qui parcourt 4 générations, réserve outre des rebondissements et des énigmes qui lui sont propres, un éclairage sociologique et historique de 1918 à 2000. La musique et particulièrement l’opéra est omniprésente dans l’histoire.

Le roman se déroule sous différentes formes : narration qui se caractérise par son humanité et son humour, échange de correspondance entre 2 frères de la dernière génération, carnets intimes d’un des personnages.

Je le recommande et cite une critique littéraire : « C’est un de ces livres dont on dit : Vous ne l’avez pas encore lu ? Quelle chance vous avez ! »

Impression de Marie-Rose Vanhorick.

Journal d’Irlande : Carnets de pêche et d’amour de Benoîte GROULT

Blandine de Caunes, fille de Benoîte Groult, publie les carnets de pêche de sa mère mêlés au journal intime qu’elle tenait scrupuleusement et qui relatent sa vie de l’âge de 57 ans jusqu’à sa 83 ème année. Toutes les passions de Benoîte Groult se déroulent pour le lecteur : sa maison en Irlande, la pêche quotidienne très minutieusement détaillée, le plaisir qu’elle prend avec son amant ainsi que la vie avec son mari dont elle décrit la dégradation de son état de santé et qu’elle ne se résigne pas à quitter.

Avec le produit de sa pêche ; crevettes, bouquets, crabes, homards, poissons, coquillages… ; elle régale ses amis qui viennent lui rendre visite dont Tabarly et Mitterrand qu’elle surnomme « Mimi ».

J’ai trouvé quelque peu fastidieux la lecture des carnets de pêche mais je dois ajouter que la lecture de la préface de Blandine de Caunes m’a réconcilié avec la totalité du livre, par amour et transmission.

IMPRESSION DE Marie-Rose Vanhorick.