La Librairie de l’ île de Gabrielle Zevin

UYorke librairie sur une île près de New-York, fréquentée en été par des touristes et tenue par un original un peu sauvage depuis la mort de sa femme, créatrice de la boutique.
Les affaires ne sont pas brillantes mais il faut dire que Fikry n’y met pas du sien, misanthrope et bougon surtout depuis la disparition mystérieuse d’une édition originale qui constituait son seul trésor. L’accueil qu’il réserve à la déléguée des éditions lui fournissant son stock est à peine poli, prétextant qu’il n’apprécie que les nouvelles. La déprime guette jusqu’au jour où il découvre un nourrisson confié mystérieusement à ses bons soins.
L’ours va se transformer en père attentionné au contact de cette fillette avide de connaissances, découvrant précocement la lecture dans cet endroit envoûtant au milieu des livres.
Une sorte de conte de fées attachant pour adultes, mais hélas, la baguette magique a parfois des ratés!

Impression de Danielle De Neve.

Publicités

Rosa de Marcel SEL

Saga familiale qui débute en Italie lors de l’accession au pouvoir de Mussolini, se poursuit pendant la guerre 40/45 qui voit certains fascistes devenir résistants. Les chapitres du livre consacrés à Rosa sont écrits par son petit-fils, Maurice, qui réside à Bruxelles, près de la porte de Flandre. Il y a donc un roman qui se construit dans le livre. Les autres chapitres dépeignent les relations de Maurice avec son père, sa difficulté à accepter de partager sa vie avec une compagne .

J’ai apprécié ce premier roman de Marcel Sel qui a en partie pour cadre un quartier dans lequel je me promène.

L’analyse des relations au sein de la famille est subtile et poignante.

IMPRESSION DE Marie-Rose Vanhorick.

Désorientale de Négar Djavadi

Le vécu d’une Iranienne sous les régimes du Shah puis des Ayatolas au sein d’ une famille soudée. Les parents, politiquement actifs contre le régime quittent l’Iran pour la France quand notre héroïne a douze ans.
Paris, que sa mère Sara considérait comme le symbole de la liberté va très vite la désarçonner, le contraste culturel entre une société hyper individualiste et les habitudes du cocon familial protecteur, va vite avoir raison de son dynamisme légendaire.
Kiâ, protagoniste du récit, va pour sa part plonger tête baissée dans cet univers et y vivre les dérives d’une adolescence sans garde-fou.
Cette auto-biographie d’une acuité exceptionnelle réussit de main de maître à intégrer l’aventure personnelle à l’analyse percutante des contrastes entre deux civilisations fondamentalement différentes, magnifiée par une construction originale apparentée aux techniques cinématographiques familières à cette diplômée de l’Insas, à Bruxelles.
Un GRAND roman, plus qu’un roman, un témoignage, une réflexion percutante sur la réalité vécue par une "immigrée" lucide, porteuse de valeurs ancestrales tout en étant ouverte à l’expérimentation d’un autre univers culturel et social.

Impressions de Danielle De Neve