21, rue La Boétie d’ Anne SINCLAIR

« Le pillage de sa collection à Paris et Libourne, la déchéance de la nationalité française en 1942, la bataille pour obtenir restitution de ses biens après 1945 : autant de faits qu’Anne Sinclair détaille tantôt avec ironie, tantôt avec indignation.» Le Monde du 23 mars 2012

L’auteure nous raconte la vie de son grand-père maternel marchand d’art, passionné par les impressionnistes et l’avant-garde.

Il commande des tableaux à Picasso, Matisse, Braque, Laurencin et vendra leurs œuvres.

On suit Paul Rosenberg dans ses errances forcées lors de la seconde guerre mondiale et la saisie de ses tableaux par les nazis.

Après la guerre, il se battra pour récupérer ses tableaux…

Magnifique témoignage ! A découvrir !

Impressions de Chantal Denis

Le poison de Charles Jackson.

Roman autobiographique « vintage » paru en 1944 et réédité en 2016.

Charles Jackson met en scène un écrivain raté qui est victime d’une assuétude à l’alcool.

Il décrit par le menu, le temps d’un weekend, tous les aléas subis par Don Birman ; victime d’une dépendance au « poison. »

De quoi susciter une cure de désintoxication ou une participation à un groupe AA

IMPRESSION DE . M.R. Vanhorick.

L’inconnu du parvis de Giuseppe Santoliquido.

Antoine Comino, garagiste dans une ville industrielle, près d’un canal, a vendu une voiture d’occasion qui se retrouve dans le cadre d’un fait-divers tragique : son conducteur s’est suicidé par balle sur la place de la mairie de la ville. Antoine entreprend dès lors une enquête parallèle à celle de la police pour tenter de donner un nom et une sépulture digne à cet homme qui était dépourvu de papiers d’identité.

Un critique dit de l’auteur : « Une langue superbe. » J’ai eu à certains moments le sentiment que le style était trop recherché au détriment de l’atmosphère et de la peinture des personnages : à plusieurs reprises, j’ai comparé Antoine au garagiste dépeint par Armel Job dans le roman : « Le bon coupable. » qui est beaucoup plus convaincant.

Je suis déçue par ce roman de Giuseppe Santoliquido. J’avais par contre apprécié un autre livre de cet auteur : »L’audition du docteur Fernando Gasparri. »

IMPRESSION DE Marie-Rose Vanhorick.