Ame brisée d’Akira Mizubayashi

C’est l’âme d’un violon qui est évoquée ici par un écrivain sensible, amoureux de musique et des instruments qui permettent de la matérialiser.

Un récit tout en subtilité autour du thème de la violence gratuite face à la sensibilité artistique personnalisée par Rei, témoin à onze ans d’une scène d’une brutalité inouïe lors d’une répétition d’un quatuor dirigée par son père, premier violon, en 1938, quand la guerre oppose le Japon à la Chine. Le violon est brisé sauvagement par un militaire qui embarque le père que Rei ne reverra jamais. C’est un lieutenant qui découvre Rei, caché dans une armoire, et lui confie le violon brisé qui sera à l’origine de sa vocation de luthier.

Une évocation pleine de finesse des aléas d’une vie vouée à la réparation d’un instrument chargé d’ »âme » afin de permettre de faire son deuil et de « réparer » les blessures du passé. Un roman superbe !

Impression de Danielle De Neve

Sa dernière chance d’Armel JOB

A 39 ans, Elise, célibataire, vit dans la famille de sa sœur, gynécologue réputée, et de son beau-frère, agent immobilier. Elle s’occupe de la maison et des enfants. Elle vit dans l’ombre de sa sœur et passe pour une femme fragile, incapable de se débrouiller seule.

Un jour, elle en a assez et se met en quête d’un homme sur internet…et affirme qu’elle a envie de vivre…

Dès les premières pages, le lecteur est entraîné dans la vie d’Elise et le bouleversement dans cette famille « presque parfaite »…

Découverte de surprise en surprise : un livre qu’on ne quitte pas…

IMPRESSION DE Chantal Denis

Une langue venue d’ailleurs d’ Akira Mizubayashi

« …les mots ne vieillissent pas, ils vivent plus longtemps que leur frêle émetteur. La chair passe, le verbe reste »

Un hommage vibrant à la langue française par un Japonais féru de musique et en particulier de Mozart auquel il rend hommage tout au long de cette évocation de son amour pour sa « langue paternelle ». Enrichissement permanent d’un érudit nourri par la musique, par l’approfondissement de l’étude de la syntaxe, par l’apport de la langue écrite et par l’analyse approfondie de l’œuvre de Rousseau à laquelle il consacre sa thèse.

Réflexions illustrées sur les méthodes pédagogiques françaises et japonaises, sur l’importance des contacts enfants-parents, sur la faculté de compréhension « bilingue » du chien…

Un livre d’une densité exceptionnelle sur une expérience de vie analysée par un témoin exceptionnel de profondeur dans sa mise en parallèle lucide des deux civilisations qui l’ont façonné.

Remarquable !

Impression de Danielle De Neve.